Une stratégie du bruit à l’échelle du canton, avec une orientation politique claire de protection contre le bruit à l’horizon 2030 en fondant explicitement l’action publique sur la qualité de vie, le bien-être et la santé de la population : le canton de Genève a lancé sa stratégie cantonale « Bruit 2030 », notamment ciblée sur le bruit routier en tant que principale cause de bruit. 80% de la pollution sonore urbaine est provoquée par le trafic routier.

« Le calme n’est pas un luxe, c’est une nécessité ».

125 millions d’européens souffrent des nuisances sonores. Les conséquences sur la santé tant directes qu’indirectes sont importantes. (source : EU Joint Research Center).  A Genève, comme le rappelle le conseiller d’Etat, Monsieur Antonio Hodgers dans la présentation de cette vision politique en matière de bruit, « en 2020, un Genevois sur deux dit souffrir du bruit, faisant basculer cette thématique de l’anecdote à une véritable question de santé publique ».

Securaxis, avec sa technologie novatrice pour l’analyse et la compréhension du bruit émis par le trafic routier, travaille déjà avec différentes instances genevoises, dont le SABRA (service de l’air, du bruit et des rayons non ionisants).

« Travailler avec la technologie de pointe de Securaxis a permis d’avoir accès à des données consolidées, de mieux comprendre la relation entre la pollution sonore à la composition du trafic automobile, et de mieux étudier l’efficacité́ des mesures de réduction de vitesse mises en œuvre pour lutter contre le bruit routier dans le centre-ville de Genève. La technologie développée par Securaxis dans ce projet innovant s’est avérée être un outil très prometteur pour l’urbanisme de l’avenir ».(Philippe Royer, directeur du SABRA)

La technologie de détection acoustique de Securaxis combine l’Intelligence Artificielle, l’acoustique et l’IoT. Elle permet non seulement de remonter en temps réel les données de bruit émis par le trafic routier mais aussi de compter les véhicules et d’en classifier le type. Des informations essentielles pour une obtenir une cartographie fine des nuisances sonores émise par le trafic afin d’en déduire les mesures pertinentes à appliquer pour les réduire.

Des expériences menées par Securaxis en collaboration avec l’Hepia (HES-SO Genève, Haute Ecole d’ingénierie) avant et pendant le semi-confinement de mars 2020 avait déjà permis d’analyser l’impact de ces mesures sanitaires sur le trafic routier.

Cette stratégie « Bruit 2030 » ambitionne d’assurer des ambiances sonores de qualité et de réduire les émissions sonores, avec une coordination cantonale des outils et indicateurs de la représentation du bruit au service de l’information des citoyens et des planificateurs.

Pour ancrer la stratégie dans le quotidien de la population et en anticipation du futur plan d’actions de lutte contre le bruit qu’elle prévoit, le Conseil d’État a souhaité intégrer une première mesure opérationnelle ciblée sur le bruit routier en tant que principale cause de bruit dans le canton : le contrôle accru des véhicules bruyants.

Le Radar à bruit éducatif développé par Securaxis pour lutter par la sensibilisation contre les excès de bruits émis par certains véhicules ou par des conduites inappropriées est depuis fin avril déployé en Suisse en partenariat avec Swisstraffic, leader national en matière de gestion du trafic routier.

A relever que SONAL™ de Securaxis, la solution de détection et d’analyse du bruit émis par le trafic routier a été déployée par l’OFEV (Office Fédéral de l’Environnement) sur des routes suisses afin de vérifier l’efficacité de mesures anti-bruits installées sur certains tronçons routiers. Elle est également déployée dans d’autres pays européens (France, Finlande, Luxembourg, Portugal … ) pour ses fonctionnalités complémentaires de quantification et qualification du trafic (détection ,comptage, et classifications de véhicules).